… pourquoi cette fusion vous est proposée, quels en sont les avantages, ce qu’il adviendra de l’école, du guichet communal, etc. Le rapport de fusion, publié en juin 2019 et consultable sur ce site, rassemble une foule d'informations, et répond sans doute à la plupart de vos interrogations. Sans prétendre en faire ici un résumé, nous apportons quelques réponses aux questions les plus couramment posées.


1. Pourquoi Collonges et Saint-Maurice souhaitent fusionner?

D’abord pour une raison toute simple: l’exécutif de Collonges a adressé une demande dans ce sens à Saint-Maurice, et l’exécutif agaunois a dit oui. Il faut dire qu’aujourd’hui les petites communes rencontrent de nombreuses difficultés. Pour Collonges, la principale est liée à des exigences techniques de plus en plus pointues et à une charge de travail, notamment administratif, grandissante. Cette fusion lui offrirait davantage de sérénité, et surtout permettrait de renforcer les prestations communales offertes aux Collondzins. Saint-Maurice de son côté y voit une belle opportunité de renforcer sa position entre Monthey et Martigny, mais également de prolonger la réorganisation de ses services, débutée lors de la fusion avec Mex en 2013.

Enfin, il faut avouer que le contexte y est favorable. Depuis de nombreuses années, le Canton encourage les fusions de communes en accordant un soutien financer, administratif et juridique aux communes intéressées, tout en insistant sur la nécessité d’une démarche portée par les exécutifs et les populations. Et le mouvement est en route. Entre 1990 et 2018, le Valais est passé de 163 à 126 communes.

2. Pourquoi Collonges ne se rapproche pas plutôt de Martigny?

La commune de Collonges a mis en place de nombreuses synergies avec Saint-Maurice, et la collaboration se passe extrêmement bien. Qui plus est, les deux territoires sont géographiquement liés. Ces deux éléments motivent un rapprochement en direction des Agaunois. Cependant, la Municipalité de Collonges est consciente que certains habitants de Collonges, habitués à travailler tous les jours sur Martigny, se sentent plus attirés de ce côté-là. Raison pour laquelle ils ont tout de même cherché à connaître les intentions de la cité d’Octodure. Celle-ci a confirmé que Martigny ne songeait pas pour l’heure à s’étendre en direction du Chablais.
Dès lors, les autorités de Collonges et de St-Maurice ont choisi de poursuivre leur démarche de fusion, emmenée par un processus réfléchi, et construite sur des relations saines et sereines de longue date.

3. Pourquoi les autres communes de la région ne fusionnent-elles pas aussi?

Les Communes de Collonges et de Saint-Maurice, une fois la décision prise d’entamer une démarche de fusion, ont approché les autres communes du district (Massongex, Vérossaz, Dorénaz, Evionnaz, Vernayaz, Salvan, Finhaut) pour leur proposer de rejoindre l’aventure, mais elles ont décliné l’invitation. Les raisons différent selon les communes, mais de façon générale elles se rejoignent autour de l’idée d’un calendrier trop rapide pour elles. Qui plus est, certaines Municipalités doivent encore se pencher sur le choix du-des partenaire-s.

Le système scolaire actuel convenant aux deux communes, les bâtiments des écoles primaires (cinq à Saint-Maurice, deux à Collonges) seront maintenus. Les enfants resteront donc dans leurs établissements respectifs. Au niveau secondaire, puisque tous les jeunes du district sont scolarisés au cycle d’orientation de Saint-Maurice, seules les pratiques liées aux frais d’étude et aux repas seront harmonisées.

4. Où mes enfants iront-ils à l'école?

Le système scolaire actuel convenant aux deux communes, les bâtiments des écoles primaires (cinq à Saint-Maurice, deux à Collonges) seront maintenus. Les enfants resteront donc dans leurs établissements respectifs. Au niveau secondaire, puisque tous les jeunes du district sont scolarisés au cycle d’orientation de Saint-Maurice, seules les pratiques liées aux frais d’étude et aux repas seront harmonisées.

5. Vais-je devoir payer plus d'impôts?

En matière de fiscalité, le coefficient d'impôt (1,2) et le taux d'indexation (165%) se situeront entre ceux des deux communes. Cela entraînera une légère diminution d'impôts pour les citoyens de Saint-Maurice, et une faible augmentation pour ceux de Collonges, inférieure à 2% pour les contribuables ayant un revenu imposable de 50'000 francs ou moins. 

6. Les bourgeoisies vont-elles fusionner?

Comme le stipule la Loi cantonale sur les communes (art. 139 al. 4 LCo), deux communes municipales peuvent fusionner, même si les communes bourgeoisiales correspondantes ne fusionnent pas. S'appuyant sur cet article, la grande majorité des communes du Valais romand ayant déjà fusionné ont vu leurs bourgeoisies conserver leur indépendance, à l'exception, notamment, de Bagnes et de Martigny. Dans ce contexte, les bourgeoisies se voient confier, d'une certaine manière, la mission symbolique de «préserver l'identité de leur commune», a fortiori si la nouvelle commune adopte le nom de la plus grande des deux, ce qui se produit très souvent.

Dans le cadre de la fusion Collonges – Saint-Maurice, le Conseil bourgeoisial de Saint-Maurice et le Conseil municipal de Collonges, lequel administre la bourgeoisie de Collonges, recommandent que leurs bourgeoisies restent indépendantes. Elles conserveraient ainsi leurs noms, armoiries et territoires.

Le 24 novembre 2019, les bourgeois seront appelés à se prononcer, indépendamment des citoyens, sur un éventuel rapprochement. 

7. Un bureau communal existera-t-il toujours à Collonges?

Si le bâtiment administratif de Saint-Maurice est prévu pour accueillir le siège principal de la nouvelle commune, le bureau communal de Collonges restera ouvert deux demi-journées par semaine avec une prolongation en soirée pendant la première période législative. Un bilan de fréquentation sera alors établi pour déterminer les besoins de la population de Collonges.

Le bureau de vote de Saint-Maurice sera maintenu. A Collonges, un bureau (bureau de section) sera également ouvert (le samedi ou le dimanche). De même, une urne sera intégrée au bureau communal pour permettre le dépôt du vote par correspondance. Cette mesure sera maintenue durant la première période législative au moins. Un bilan de l’utilité ou non du maintien de cette mesure sera tiré à son terme. 

A noter également que tous les contrats des collaborateurs des deux administrations communales seront repris par la nouvelle entité communale à des conditions au minimum équivalentes à celles actuelles.

8. Qu'est-ce que le contrat de fusion?

Le contrat de fusion est une possibilité donnée aux communes de régler contractuellement certaines conditions, parmi lesquelles le calendrier, le nombre de conseillers communaux, les guichets municipaux, l'organisation scolaire, le nom et les armoiries de la nouvelle commune, etc. Un tel contrat n'est toutefois pas obligatoire dans un processus de fusion, de nombreuses communes ayant fusionné n'ont ainsi pas adopté de contrat. 

Les exécutifs de Collonges et Saint-Maurice ont pour leur part opté pour un contrat de fusion, afin d'y faire figurer, notamment, le nombre de conseillers municipaux de la nouvelle commune. Le contrat propose ainsi un passage à 7 membres. 

9. Sur quoi devrons-nous exactement voter le 24 novembre 2019?

Le vote populaire du 24 novembre 2019 portera sur deux questions: «Acceptez-vous la fusion des communes de Collonges et Saint-Maurice?», et «Acceptez-vous le contrat de fusion relatif à la fusion des communes de Collonges et Saint-Maurice?». 

Si la première question remporte une majorité de «oui», le principe de fusion est accepté. Si le «non» l'emporte, le processus est abandonné. 

Si la deuxième question, relative au contrat de fusion et à ses termes, remporte une majorité de «oui», la fusion devra se faire dans le respect des engagements fixés dans le contrat. Si le «non» l'emporte, c'est le Grand Conseil qui se prononcera sur certaines modalités de la fusion.

A noter qu'une troisième question est prévue pour les bourgeois, relative à un rapprochement des bourgeoisies: «Acceptez-vous la fusion des bourgeoisies de Collonges et Saint-Maurice?» (voir question 6 ci-dessus). Si le principe de fusion est rejeté, le vote des bourgeois sur la troisième question devient caduc.